Archives du mot-clé sociologie

Alice Goffman, une sociologue engagée

Alice Goffman est une jeune sociologue engagée sur le terrain, travaillant en immersion et controversée. Un long article de Gideon Lewis-Krauss dans le New York Times magazine. La description d’une personnalité hors du commun et des polémiques qu’elle suscite mais aussi une discussion des postures comparées du journalisme et de la sociologie et un retour historique sur l’Ecole de Chicago.

Liberté d’expression

Après l’horrible attentat qui a décimé la rédaction de Charlie Hebdo, la liberté d’expression revient dans toutes les bouches comme une évidence. Mais si finalement, ce n’était pas si évident que cela.

Deux éléments pourraient éclairer la complexité de cette idée, deux visions qui complètent les approches philosophiques, juridiques et politiques.

La première émane de la sociologie et est portée par Felice Dassetto, remarquable connaisseur de nos sociétés et notamment de la place qu’y occupe l’islam. En novembre 2014, il écrivait un article de blog sur la liberté d’expression dont j’extrais ceci :

La question revient à savoir si l’espace public résulte uniquement de la sommatoire d’expressions libres individuelles et de leur affrontement, comme une vision libérale individualiste/subjectiviste semble laisser entendre, ou bien si l’espace public résulte d’une construction civique par d’autres modalités, comme celles de l’échange, de l’argumentation. La « liberté d’expression » devient dès lors « liberté d’expression avec d’autres ». 

(…)

Autrement dit : la liberté d’expression a avantage à ne pas se ramener uniquement à la liberté d’exprimer sa subjectivité ou ses idées en portant un foulard ou en faisant une caricature du prophète Mahomet mais en situant sa subjectivité et ses idées dans une relations à autrui et dans la perspective de construction d’un bien être collectif.

Défendre la liberté d’expression, certes, absolument. Mais rappeler que cette liberté, principe absolu, en pratique, est un fait social, inscrit dans des logiques sociales et s’inscrivant au mieux dans un processus de construction démocratique soucieux d’une vie commune.

Cette vision entre en résonance avec les avatars historiques de la régulation de la liberté d’expression tels que décrits pour la France dans une émission spéciale de la Fabrique de l’histoire.

Les événements dramatiques de ce début d’année 2015 seront sans doute l’occasion d’une prise de conscience collective. Une prise de conscience qui appelle aussi à une meilleure compréhension de la complexité des enjeux.