Thèse : Pourquoi et comment soutenir l’agriculture paysanne ?

ThèseAfrique_Julie de Julie Van Damme défendue en mars 2013.

Les systèmes agraires de la région des Grands Lacs (Rwanda, Burundi et Kivu), l’une des plus densément peuplée du continent, sont caractérisés par de petites exploitations familiales où la culture de la banane constitue un pilier agronomique, alimentaire, économique et social pour les ménages. Confrontés à des enjeux majeurs tels que le manque de moyens de production (force de travail, dégradation de la fertilité des sols) et les maladies (flétrissement bactérien du bananier), les agriculteurs doivent innover pour surmonter ces contraintes. Par une méthode systémique et compréhensive développée et construite au fil de la recherche, la thèse de JVD analyse les processus d’innovation à l’œuvre dans les systèmes agricoles de la région. Les résultats mettent en évidence la diversité, la complexité et l’efficacité des petites exploitations paysannes. La prise en compte de ces éléments tout au long du cheminement de la recherche a permis de comprendre les stratégies des agriculteurs et de dépasser les perceptions négatives (archaïsme, incompétence) qui pèsent trop souvent sur eux, pour reconnaître leurs capacités. Ce travail démontre le potentiel d’une approche bottom-up et systémique de l’innovation par rapport aux solutions le plus souvent exclusivement techniques portées par de nombreux acteurs nationaux et internationaux. Deux projets de recherche-action, l’un en microfinance et l’autre en phytopathologie, illustrent l’utilité de ce type de démarche et l’intérêt de la méthodologie développée. Cette thèse interdisciplinaire contribue à légitimer une voie alternative plus pertinente pour l’agriculture de demain tout en interrogeant le rôle du chercheur en recherche agricole pour le développement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *